L’orthorexie : trouble alimentaire encore méconnu

Histoire du trouble

C’est en 1997 que Steven Bratman, médecin américain, présente et décrit l’orthorexie mentale (1)(2). Nouveau trouble alimentaire, cet état pathologique reposerait sur une obsession absolue de se nourrir le plus sainement possible. Ce trouble est à tenir éloigné d’un éventuel lien avec l’estime de soi et l’apparence physique que l’on retrouve généralement dans les autres troubles alimentaires, tels que l’anorexie mentale ou la boulimie.

Bien que l’orthorexie intègre progressivement le discours du milieu médical, les recherches scientifiques n’apparaissent quant à elles que dans les années 2000. Aujourd’hui nous estimons que 2 à 6 % de la population serait touchée par ce trouble, en comptant notamment une prédominance chez les professionnels de santé et de sport. Néanmoins, ce chiffre reste aujourd’hui  seulement indicatif.

Qu’est-ce que le trouble d’orthorexie ?

Nous décrivons l’orthorexie comme désignant un état obsessionnel maniaque dans la poursuite d’une alimentation saine et pure. La personne orthorexique procède à un choix subjectif d’aliments qu’elle considère comme « sains », et à un rejet de ceux qu’elle juge « non sains ». Dans cette situation la personne perd toute notion de plaisir de manger.

Par ailleurs, notons bien ici que la personne ne cherche pas à perdre du poids, ni à calculer la quantité des aliments à ingérer, mais bien à évaluer et mesurer la qualité des aliments. Il est bien à prendre en considération que pour parler d’orthorexie, il faut que la personne soit excessive dans ses critères de choix, et que les principes sur lesquels elle se base sont souvent faussés par des idées reçues et par conséquent tronquées. Il en résulte donc que la personne orthorexique, bien que persuadée qu’elle fait attention à sa santé, risque au contraire de tendre vers des problèmes de malnutrition, dangereux pour sa santé.

En outre, une personne dite présenter le trouble d’orthorexie va rapidement se retrouver angoissée si elle n’arrive pas à contrôler son alimentation, ou à suivre le programme qu’elle s’est imposée pour parvenir à ses objectifs. Une profonde sensation de mal-être peut l’envahir. De là en découle un comportement qui entre en compte dans ce trouble : pour parvenir à assouvir ses pulsions obsessionnelles, la personne va s’isoler socialement et professionnellement. Nous pouvons alors parler de pathologie lorsque la personne tend à se faire souffrir, et faire souffrir les personnes qui l’entourent.

Comment est posé le diagnostic ?

Quelques signes peuvent éveiller l’attention sur un comportement inhabituel potentiellement dangereux. A titre indicatif, Varga et al. (2013) suggère 5 critères pour tenter de poser un diagnostic :

  • Obsession pour l’alimentation saine amenant à l’évitement de toute nourriture qui ne correspond pas aux critères personnels, et donc subjectifs, de la personne ;
  • Préoccupation inhabituelle relative à la santé ;
  • Conséquences significatives du comportement dans les autres domaines de sa vie (socialisation, travail, etc) ;
  • Perte de poids ou dénutrition conséquentes au régime alimentaire que la personne s’est imposé ;
  • La personne ne présente pas un autre souci de santé qui pourrait expliquer ces symptômes.

Existe-t-il un traitement pour soigner l’orthorexie ?

Il n’y a pas à proprement parler de « traitement» de l’orthorexie. Les accompagnements proposés reposent essentiellement sur une TCC ( Thérapie Comportementale et Cognitive ), voire une ACT ( Thérapie d’Acceptation et d’Engagement ). L’objectif de la prise en charge thérapeutique sera d’amener les personnes orthorexiques à modifier leur comportement alimentaire ; de leur faire réaliser que leur sécurité alimentaire n’est pas nécessairement assurée par l’exclusion d’aliments ou par la consommation d’aliments identifiés comme « sains », mais au contraire par une alimentation diversifiée.

En effet, le vrai risque est de manger toujours la même chose : en changeant tous les jours d’aliments, on diversifie alors les polluants (à titre indicatif, un américain moyen consomme 8 à 10 aliments différents par semaine contre 20 a 30 aliments différents par semaine pour un européen moyen). Il faut donc parvenir à faire prendre conscience aux personnes orthorexiques que leur attitude est donc contre-productive pour leur santé !

Mais au-delà de la dimension alimentaire, la personne orthorexique est souvent à la recherche de pureté et de perfection absolues. Il faut alors comprendre en profondeur le parcours qui les a conduit à cette obsession diététique. C’est pourquoi seul un professionnel aguerri, médecin, psychologue ou nutritionniste, spécialisé dans ce type de prise en charge peut être recommandé pour traiter ce trouble qui reste encore un mystère sur beaucoup de points.

Sources :

 

  • « The Health Food Eating Disorder », Yoga Journal, 1997
  • Thomas M.Dunn & Stevene Bratman, On orthorexia nervosa : A review of the literature and proposed diagnostic criteria
  • Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux, American Psychiatric Association
  • Classification Internationale des Maladies, 10ème révision, OMS (Organisation Modiale de la Santé)
(Visited 17 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *